Recherche - Développer la consommation d’insectes en Europe

13/07/2022

Joël Brée, Professeur à l’IAE Caen (Université de Caen) et à l'ESSCA School of Management, mène un projet de recherche portant sur la familiarisation des consommateurs européens à la consommation d’insectes.

Un projet de recherche sur la consommation d’insectes au sein de l’IAE Caen

 

Consommés par ? de l’humanité, les insectes n’attirent pas les bonnes grâces de nos palets européens. Ils offrent cependant des atouts non négligeables en termes de santé et d’impact environnemental. 

Saviez-vous qu’1 kg d'insectes offre 10 fois plus de protéines qu’1 kg de viande de bœuf  ?

Et qu’en parallèle leur élevage est beaucoup moins énergivore ?

Bien que source de peur ou de dégoût chez les populations européennes adultes, la consommation d'insectes se présente comme l’une des réponses aux problèmes de nutrition que l’humanité pourrait rencontrer.

Partant de ce constat, Joël Brée, Professeur à l’IAE Caen (Université de Caen) et à l'ESSCA School of Management, porte un projet aux côtés de Khaoula Jellouli, doctorante, en partenariat avec l’Université d’Angers et l’Université de Nantes. Sa thématique : La consommation des insectes comme une alternative alimentaire : étude exploratoire chez les enfants en France. 

 

Vous avez dit manger des… insectes ?

Il faut savoir que l’Union Européenne a dressé une liste d’insectes propres à la consommation et autorisés à la commercialisation au sein de l’UE.

Tous les insectes ne sont donc pas comestibles, et ceux qui le sont ont été validés par les instances sanitaires européennes.

Sur le principe, cela ne présente donc aucun risque et pourtant… combien de consommateurs adultes lisant ces lignes accepteraient de manger des insectes “pour le plaisir” ?

L’IAE Caen s’est donc penchée sur une population plus ouverte à de nouvelles expériences, de nouveaux défis parfois, et peut-être plus sensible que leurs aînés aux bienfaits écologiques : les enfants.

 

9 enfants sur 10 ont mangé des cookies aux insectes

Un atelier de cuisine faisant intervenir de la farine d’insectes mais également des insectes séchés a été organisé auprès d’une population d’enfants de 6 à 12 ans.

A l’issue de l’atelier, 90 % des enfants avaient mangé les cookies (salés ou sucrés) qu’ils avaient préparés.

L’étape suivante consiste à présent à déterminer ce qui déclencherait le plus l’envie de consommer des insectes auprès des jeunes générations : le challenge, l’aspect environnemental ou les bienfaits nutritionnels. L’université de Nantes se penche sur la question pendant que l’université d’Angers étudie les freins à lever auprès des populations adultes.

 

Un projet Erasmus + à venir avec l’Italie et le Portugal

Un projet Erasmus + sera soumis à la fin de l'année pour développer un programme pédagogique dans les écoles en France. Une étude sera ensuite menée pour observer si ce projet pourrait être reproduit au Portugal et en Italie.

D’ici à quelques années, nos têtes blondes devenues grandes, consommeront peut-être ainsi des salades composées agrémentées d’insectes lors des soirées d’été ou des sauterelles grillées pour accompagner les cacahuètes à l’apéritif, qui sait ?

 

Recherche - Développer la consommation d’insectes en Europe

Articles Similaires